Cloison sèche : tout savoir : les différents types de cloison


Travaux / vendredi, novembre 22nd, 2019

Les cloisons sèches sont de parfaits alliés, en cas de travaux de rénovation et d’aménagement d’une maison. Comme leur nom l’indique, elles vous aident, en particulier, à cloisonner des espaces vides, pour en faire de nouvelles pièces. Elles sont utilisées pour bien d‘autres raisons, et le type choisi varie en fonction de l’usage.

Apprenez-en un peu plus, dans cet article, sur les cloisons sèches, et découvrez également quels sont les différents types existants.

Qu’est-ce qu’une cloison sèche ?

La cloison sèche est un élément léger, qui permet de faire des séparations dans une construction. Sa légèreté est due au fait qu’elle est montée sans liants : eau, sable, ciment.

L’adjectif « sèche » lui est appliqué, parce que sa confection n’implique pas de mortier ou d’éléments liquides.

Elle n’est pas conçue pour servir de soutien dans le bâtiment. C’est, en réalité, un panneau composé de plâtres moulé entre deux couches de carton, le tout assemblé par bandes.

En général, elles sont utilisées pour effectuer des séparations, sans nécessiter de grands travaux. C’est un élément de construction « à sec », spécialement conçu pour être utilisé dans les maisons collectives et individuelles. Cependant, son efficacité lui confère bien d’autres usages. Elle peut également servir de :

  • Cloison de distribution : elle permet de compartimenter l’espace intérieur d’une seule personne
  • Cloison séparative : elle sépare des espaces utilisés par plusieurs personnes
  • Contre-cloison : elle est posée à quelques centimètres d’un mur, pour servir de doublage, à cause de l’isolation thermique installée entre elle et le mur
  • Cloisonnette : elle n’a que quelques centimètres de longueur, et n’atteint pas le plafond.

Les cloisons sèches sont tout à fait pratiques et parfaites, pour des projets de rénovation. Elles aident aussi dans le cadre d’aménagement de combles.

Quels sont les avantages d’une cloison sèche ?

Sa légèreté constitue son premier avantage. Elle peut donc servir de séparation aux étages supérieurs d’une habitation, sans causer un excès de poids. Elle s’installe également facilement et très rapidement. En utilisant une cloison sèche, vous gagnez en espace, et aussi en pièces dans votre maison.

La cloison sèche est idéale pour les sous-pentes, et propose des possibilités pour intégrer une isolation thermique. Elle est également très utile pour avoir une bonne isolation phonique.

Certains types de cloisons sèches ont une bonne résistance à certaines intempéries.

Quels sont les différents types de cloisons sèches ?

Les cloisons sèches peuvent être de différentes natures. Leur type dépend de l’utilisation qu’on en fait. On retrouve particulièrement quatre types de cloisons sèches.

La cloison sèche en plaques de plâtre

Elle possède plusieurs qualités. Elle favorise une bonne isolation acoustique, avec la possibilité d’y voir intégrer des gaines électriques et des tuyaux de chauffage. Son utilisation est recommandée, en cas d’amélioration d’une chambre, par exemple. Elle résiste moyennement au feu.

La cloison sèche en panneaux de particules

​​​​​​​Ses bandes se collent facilement, à cause de la présence des languettes et des rainures, qui les composent. Ce type de cloison a l’avantage de se fixer avec de la colle à bois.

La cloison sèche en panneaux alvéolaires

​​​​​​​Elle est facile à monter et à poser. Elle se monte sur une ossature en bois, plutôt lisse. Ce type de cloison sèche est plus léger que les autres. La cloison sèche en panneaux alvéolaires convient pour les séparations de pièces faites au niveau des étages.

La cloison sèche ajourée

​​​​​​​Elle est souvent constituée de bois, d’éléments dérivés du béton, de terre cuite, de polymère ou de métal. Elle permet de délimiter des espaces, tout en laissant passer le son et la lumière.

Parmi ces différents types de cloisons, il vaut mieux faire un choix en fonction de l’endroit où vous prévoyez de la faire installer. Le choix dépend également de l’usage que vous souhaitez faire de la pièce, que vous aménagez.

Comment sont posées les cloisons sèches ?


Dans la plupart des cas, l’installation des cloisons sèches est plutôt commode. Une cloison sèche est mise en place sur une ossature. Il vaut mieux, qu’au moment de l’installation, vous preniez des dispositions pour la protéger de l’humidité. Des produits conçus, à cet effet, sont disponibles dans le commerce. La protection est obligatoire, quand la cloison sèche est posée comme mur d’une salle de bains.

Après la pose, vous pouvez la décorer à votre guise, ou la laisser comme telle. Il convient tout de même, d’y passer un coup de peinture, ou un autre type de revêtement. Pour ne pas faire de faux pas, la meilleure solution est de vous renseigner, si vous décidez de procéder à l’installation vous-même.

Il existe plusieurs types de plaques, pour la confection des cloisons sèches. Celles qui sont ignifuges, les hydrofuges pour les pièces humides, et enfin celles qui sont renforcées. Ces dernières ont une forte contenance en fibres, ce qui les rend encore plus résistantes aux différents chocs, auxquels elles pourraient être confrontées.

Il est possible de doubler et même de tripler les plaques, au moment de l’assemblage de la cloison, pour augmenter le confort et les capacités de cette dernière.

En faisant donc votre choix, il vous revient de prendre en compte vos besoins, et surtout le résultat que vous espérez, après l’installation de la cloison sèche